Le Conseil de l’Ordre de 1973:


Le Conseil de l’Ordre élu à l’issue de l’Assemblée générale du 6 octobre 1973, qui  a vu une participation massive des pharmaciens,a été ainsi constitué:


-Président:Radhi Jazi
-Vice-président:Aziza Ouahchi Ben Chérifa
-Secrétaire:Moncef Zmerli
-Trésorier:Nefissa Tangour - Bouzayen
-Secrétaire:Adj. Hassen Abbès
-Trésorier Adjoint:Mohamed Ali Abbar
-Assesseurs:Houcine Kilani, Radhi Darghouth, Hachemi Megdiche

Ce nouveau conseil s’est attelé rapidement à la tâche en parvenant à rétablir la confiance au sein du corps pharmaceutique: de nouvelles méthodes de travail, de nombreuses réunions avec les pharmaciens, l’amélioration de l’information. En collaboration avec les autorités, il a étoffé la législation pharmaceutique et comblé les lacunes par la promulgation de textes législatifs et règlementaires.

Citons notamment:

•Arrêté du 19 avril 1974 fixant les superficies nécessaires pour l’agrément des locaux destinés aux pharmacies de détail.
•Arrêté du 27 juillet 1974 fixant les conditions dans lesquelles est autorisée la pratique des injections dans les officines.
•Loi fixant les conditions d’exploitation d’un laboratoire d’analyses médicales.
•Arrêté fixant la liste des médicaments pouvant être détenues par les organismes à caractère social (pharmacies de sociétés).
•Décret n° 73-835 du 14 novembre 1974 portant code de déontologie. Pour la première fois la profession a été dotée d’un code de déontologie national que les pharmaciens se sont engagés à respecter. Ce code continue à régir l’exercice pharmaceutique.
•Décret n° 76-253 du 16 mars 1976 qui divise les pharmacies d’officine en 2 catégories, catégorie A de jour et catégorie B exclusive de nuit.

-Signature de la convention nationale des employés des pharmacies d’officine.

C’est ainsi qu’avant la parution du texte créant les pharmacies de nuit, le service de nuit a été réorganisé entre les volontaires qui en avaient fait la demande.

Par ailleurs, le C.O.P. a interdit les croix et les croissants qui fleurissaient sur les façades de certaines pharmacies pour imposer le caducée, Cette pratique s’est rapidement généralisée.

De nombreux pharmaciens ne détenaient pas de stupéfiants et ne pouvaient ainsi honorer les prescriptions; une liste minimale de produits de Tableau B à détenir a été dressée par le C.O.P. et approuvée par le M.S.P.

Le C.O.P. a relevé le défi de la formation du personnel des officines et a mis en place avec la collaboration du Ministère des Affaires Sociales l’école des aides préparateurs avec un programme de cours assurés par les confrères volontaires à coté du stage dans les officines.

Le C.O.P. a également, avec la collaboration de la Société des Sciences Pharmaceutiques, mis en place à partir de 1975 l’école des préparateurs (techniciens - préparateurs en pharmacie). Les cours se déroulaient à l’Institut Supérieur du Travail.

Ces 2 écoles ont assuré la formation d’employés qualifiés pour les officinaux, telle que le prévoit la loi.

Parmi les autres innovations, le Conseil de l’Ordre, suite à un référendum auprès des pharmaciens de Tunis, a instauré un service d’été avec fermeture annuelle et mi-temps. Cette réforme a commencé à être appliquée durant l’été 1976.

De même, des services de garde ont été établis pour toutes les localités où il y avait au moins 2 pharmacies. Certaines communes ont organisé une fermeture annuelle en été à l’instar de la commune de Tunis.

Le Conseil de l’Ordre a organisé à Tunis en Avril 1975 la réunion du Bureau Permanent de l’Union des Pharmaciens Arabes.

Cette réunion vit l’adhésion pour la première fois à cet organisme de la Société des Science Pharmaceutiques présidée alors par Aziza Ouahchi.

Le C.O.P.avait modifié les horaires d’ouverture et de fermeture des pharmacies et a diminué le nombre d’heures d’ouverture en le ramenant de 10h à 9h par jour, afin de rendre le travail du pharmacien plus humain:

-Hiver : 8h30 à 12h30 et 15h à 20h
-Eté:8h à 13h et 16h à 20h.30